Actualités

Combien de temps par jour faut-il passer dans la nature pour ne plus être stressé ? Cette étude vous donne la réponse
Cancer, Stress et Vitamine C
Le stress favorise la formation de métastases
« Portrait d'un tueur : LE STRESS » : illustration chez les babouins de la centralité du TIRAGE AU SORT dans une société apaisée et heureuse, débarrassée du stress imposé par ses mâles alpha
Bains de forêt : découvrez cette technique japonaise, le Shinrin-yoku
La Fondation Pierre Deniker publie les résultats de la première étude épidémiologique sur la Santé mentale des actifs en France
Comment les câlins améliorent notre vie ?
La domination au travail est beaucoup plus dure qu'avant
2017-Ramsay Générale de Santé créé son Observatoire du stress
Une personne active sur quatre souffre de stress au travail

Combien de temps par jour faut-il passer dans la nature pour ne plus être stressé ? Cette étude vous donne la réponse

Jean Krakowiecki

Lundi 8 avril

Lorsque l'on est un peu tendu, une bonne balade en pleine nature ne fait jamais de mal. Une chercheuse américaine a mené des analyses sur une trentaine de personnes pour savoir combien de minutes passées dans un cadre verdoyant permettaient de réduire efficacement son stress.

 

Pour ces travaux, l'auteure de l'étude, la chercheuse à l'université du Michigan (États-Unis) Mary Carol Hunter, a enrôlé 36 volontaires urbains. Chacun s’est engagé à passer au moins 10 minutes trois fois par semaine au contact de la nature. Ils ont fourni chaque fois un échantillon de salive avant et après leurs sorties, dans laquelle a été mesurée le taux de cortisol et d’alfa-amylase, des indicateurs de stress. 

Des prescriptions de nature pour traiter l'anxiété ?

L’expérience a montré qu’en passant entre vingt et trente minutes dans un endroit végétalisé, le taux de cortisol chutait par la suite de plus de 20 %. Au-delà de trente minutes, la chute poursuit sa course, mais de façon plus lente. La présence d’alfa-amylase dans la salive, elle, a été près de 30 % moindre chez les participants les moins actifs pendant ces sorties en nature.

 

Pour May Carol Hunter, cette étude est la preuve que les médecins devraient prescrire à leurs patients souffrant d'anxiété des "pilules de nature", autrement dit de courtes mais régulières sorties en nature.

 

source