Actualités

Médecins généralistes et facteurs de stress
Et si la méditation permettait de mieux vieillir ?
Poitiers : Recherche volontaires anxieux pour étude scientifique
Le sommeil profond agirait comme une fontaine de jouvence chez les seniors
Etudiants : pour décompresser : alcool et stupéfiants !
La santé financière des employés est aussi l'affaire des employeurs
Vivez près de la nature pour éviter la dépression et la schizophrénie
Le cortisol est-il un bon indicateur de stress ?
Smartphone : stress, ondes, troubles musculaires?
Violences institutionnelles, tabou à l'Hôpital !

Notre label

Médecins généralistes et facteurs de stress

Jean Krakowiecki

Mercredi 13 décembre

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

 

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de burn-out. C'est ce que révèle une étude* menée par Didier Truchot, professeur de psychologie sociale du travail et de la santé à l'Université de Bourgogne Franche-Comté, présentée ce lundi lors du 3e colloque de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS).

Cette étude se penche sur quatre catégories de facteurs de stress pour la santé des soignants : la charge de travail perçue, les relations avec les patients, la sensation de travail empêché et la frustration. Il s'avère que c'est le « travail empêché » – c'est-à-dire le sentiment de ne pas faire son travail convenablement, de ne pas consacrer assez de temps à ses patients, ou encore l'impossibilité d'utiliser toutes ses connaissances – qui a le plus d'impact sur l'épuisement émotionnel (manque de ressources, perte d'énergie) et la dépersonnalisation (mettre de la distance entre soi et le patient).

Le poids de la frustration

Le second facteur de stress qui a le plus d'impact sur la santé mentale des soignants est la frustration liée à l'impossibilité de se former ou à trouver des remplaçants. Cette frustration a beaucoup de poids sur l'épuisement émotionnel. Viennent ensuite les relations avec les patients, qui jouent plus sur la dépersonnalisation. Parmi les réponses citées par les médecins, on retrouve des demandes de prescription qui semblent injustifiées ou qui sont excessives, le manque de coopération de ceux-ci, le fait d'arriver avec un diagnostic tout fait, ou encore l'incivilité.

La charge de travail peu impactante

Quant à la charge de travail, « elle n'est pas forcément considérée comme un facteur de stress pour les médecins généralistes interrogés », indique Didier Truchot. « Elle joue donc de façon moindre sur le burn-out. En revanche, on remarque que plus les consultations sont courtes, plus le sentiment de prise de distance par rapport aux patients est fort. »

L'étude révèle par ailleurs que les femmes médecins sont plus touchées par l'épuisement émotionnel et professionnel que les hommes, « car elles ont plus des responsabilités à assumer en plus de leur métier, à la maison, comme les tâches domestiques », veut croire Didier Truchot. Par ailleurs, vivre en couple et travailler en cabinet de groupe sont des paramètres qui protègent les généralistes du burn-out, car ils permettent « de partager les émotions ».

 

Source Le Quotidien du Médecin